Historique du groupe scolaire



D'après les Archives de la Congrégation des Filles du St Esprit


1852 : Fondation de la communauté du bourg de Caudan, voulue par l'abbé Perron, recteur de la paroisse. Depuis 1951, il avait demandé à la congrégation des F.S.E. « deux sœurs parlant breton, pour instruire les enfants et visiter les malades ».


« Trois sœurs y furent envoyées : Sr Geneviève comme supérieure, Sr Marie Brigitte, infirmière et Sr Anastase pour la classe. « A cette époque, l'instruction n'était point en vogue à Caudan ; on créa un pensionnat qui ne fut pas florissant; peu d'enfants fréquentaient l'école ». En effet, un rapport d'inspection datant de 1861 relève que 64 filles sont scolarisées, tandis que 125 de 7 à 13 ans ne sont pas scolarisées.


Après ces débuts difficiles, l'école se peupla peu à peu et Sr Marguerite arriva comme adjointe.


1864 : La Municipalité obtint que l'école devint communale.


1870 : Un rapport relève que 124 filles fréquentent l'école, et 187 sont non-scolarisées.


1874 : La Municipalité créa une école de hameau à Penhoret, Sr Marguerite en fut nommée directrice. Au bout de 3ans, les élèves de la nouvelle école augmentant toujours, on lui adjoignit une aide : Sr Amandine. Toutes deux s'y rendaient chaque jour en char à banc, tiré par "Bichette" et conduite par Marie Jeanne comme cocher ! La situation dura ainsi 14 ans. Bientôt les effectifs atteignirent 300 élèves. L'Inspecteur exigea un changement de lieu.


1888 : Le Maire fit construire un groupe scolaire dans le quartier et 2 institutrices laïques furent nommées, selon la loi de laïcisation du 30 Octobre 1886. Les 388 élèves furent réparties en 4 classes : 66 avec Sr Marguerite, directrice ; 85 avec Sr Amandine, 81 avec Melle Kozeracoski et 90 avec Melle Morio. Ce fut la collaboration durant 6 ans.


1894 : On créa dans ce quartier une nouvelle paroisse de Lanester, ce qui permit d'y fonder une nouvelle communauté de F.S.E.. Sr Armandine cessa l'enseignement et devint supérieure de la nouvelle maison, tandis que Sr Marguerite fut nommée supérieure de la maison du bourg de Caudan.


1899 : Création de nouveaux locaux au bourg, en prévision de la laïcisation.


1900 : La laïcisation est prononcée le 10 Septembre 1900. Les sœurs quittent l'école communale et ouvrent une école libre qui fonctionne 2 ans, puis fermera le 9 Juillet1902.


1902 : Les sœurs ne pouvant plus enseigner, l'école fut rouverte par 2 institutrices.


Les Annales notent :" Trois anciennes religieuses restèrent au couvent; elles donnèrent des leçons, faisaient le catéchisme aux enfants, visitaient les malades à domicile et s'occupaient de l'église : linge et pain d'autel, bougie...", tout en entretenant des relations avec leurs anciennes élèves. »


1906 : La directrice est remplacée par Melle Bégo (Sr Pierre Elisée). 1907 : 90 élèves. 1913 : 110 élèves.


1919 : Un cours spécial est créé et fréquenté par 26 élèves, sous la direction de Sr Pierre L'école compte 120 élèves et un petit pensionnat s'ouvre pour 12 enfants.


1923 : Ouverture du Cours Ménager et du Cours Complémentaire. L'école est agrandie par la construction de 3 magnifiques classes, surmontées d'un dortoir avec un sous-sol où se trouvent les réfectoires, la cuisine et une cave. Dans les Annales, on note : "Ce beau monument a été élevé par les paroissiens. Tous y ont contribué dans la mesure du possible Ils ont fourni la pierre et le bois, fait tous les charrois et creusé les fondations. Tous les dimanches, le recteur nommait en chaire les homélies destinés à travailler au remblai pendant la semaine. Tous s'y rendaient et cela pendant plus d'un an..."


1928 : Toutes les filles de la commune fréquentent l'école St Joseph. Un bon nombre suit le Cours supérieur ou le Cours ménager. Celui-ci a obtenu 10 diplômes en Juin, Le pensionnat compte 35 enfants.      En 1929 : 53 pensionnaires.        En 1931 : 60.


1930 : Création d'une Association des Chefs de famille de Caudan à qui appartiennent les locaux. Le président en est Mr Le Léanec, maire. L'Assemblée générale aura lieu chaque année, en Décembre, au Couvent.


1933 : Le nombre des pensionnaires augmentant, il faut exhausser la nouvelle maison.


1934 : Création de l'Amicale des Anciennes élèves pour garder des liens et aider l'école.


1935 : 192 filles sont à l'école. On ouvre une 4ème classe primaire.


Des mouvements d'Eglise sont proposés aux jeunes : les Enfants de Marie et les Bruyères d'Arvor pour les aînées , la Croisade Eucharistique pour les plus jeunes.


1937 : L'école reçoit toutes les filles de Caudan : 198; et le pensionnat : 75.


1939-1945


1939 : Voici la guerre. L’école des garçons n'a plus de maîtres. Mr le Léanec se rend à St Brieuc et obtient 2 sœurs pour enseigner à l'école Ste Anne.


1940 : Début Juillet, le pensionnat est réquisitionné par les Allemands.


En Septembre, l'école s'ouvre et les classes, doublées par les réfugiées de Lorient, regorgent d'élèves. Caudan subit les bombardements allemands et anglais.


1941 et 1942 : Même situation : bombardements et occupation de plus de locaux.


1943 : Fermeture du pensionnat, tandis que l'Externat continue. Mais en Mars, le Cours Complémentaire au nombre de 40, pensionnaires et externes, se réfugient au Gorvello où elles sont reçues chez les habitants. A Caudan, le primaire compte 200 élèves et le Cours Ménager 40 jeunes filles.


1944-1945 : La situation empire et le danger s'aggrave. A partir du 6 Juin, les bombardements s'intensifiant, les classes ferment, Combats et rafles font des blessés et des victimes. Au début d'Août, les Américains entrent à Caudan. La population se réfugie dans un abri bétonné. " Il nous faut rester presque 8 jours dans cet annexe... Nous sommes 500 personnes : hommes, femmes, enfants._ Mère Armandine est un réconfort pour tous, en même temps qu'elle s'ingénie à procurer des vivres à ceux qui n'en ont pas"... Tous les réfugiés sont accueillis et secourus par la communauté.


Novembre : L’école se réfugie au château du Grégo en Surzur : 135 fillettes de Caudan, bientôt rejointes par le Cours Complémentaire du Gorvello et par l'ensemble de la communauté. Seules 2 sœurs, Sr Hélène et Sr Léonie, restèrent sur place et trouvèrent un -refuge à St Sulan où elles vécurent pendant 7 mois.


1945 : En Mai, c'est la fin de la guerre dans la région. Les 2 sœurs de St Sulan rentrent à Caudan pour trouver dans un bien triste état l'établissement sinistré.


En Juillet : retour du Grégo.


En Octobre, le pensionnat s'ouvre avec une centaine d'internes auxquelles s'ajoutent une trentaine d'enfants de Caudan, sans maison. Deux baraquements servent de classes au Cours Ménager et au Cours Complémentaire. L'enseignement reprend peu à peu son rythme normal. Les Mouvements "Ames Vaillantes" et "Semeuses de France" s'organisent.


1950 : Le 23 Avril, on fera mémoire à Caudan de cette époque sombre et héroïque à la fois. Le président de la république remit la croix de guerre à la commune de Caudan.


Sr Hélène reçut la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur, tandis que le Maire faisait l'éloge de la communauté pour son rôle pendant la guerre.


1951 : Réparations et constructions purent enfin se réaliser dans l'établissement.


A la rentrée, le pensionnat compte 120 élèves, le Cours Ménager 140 et l'externat est également florissant.


1952 : Année importante, marquée par la célébration du centenaire de l'arrivée des Filles du St Esprit à Caudan et par la bénédiction solennelle des nouveaux bâtiments construits durant ces é dernières années.


1954 : Départ de Sr Marie Cyprien, après 21 ans à Caudan, en vue d'aller fonder la première mission des F.S.E. à Dukulla, au Cameroun. 1956 : Les effectifs sont de 226 élèves, dont 51 au Cours Complémentaire. Au pensionnat on compte 94 internes et 65 au Cours Ménager. La diminution du nombre des grandes élèves s'expliqueraient peut-être par l'ouverture d'ennebont par les F.S.E.


1960 : En Mars, réunion de parents pour échanger ensemble sur un sujet d'éducation : le sens de l'effort chez l'enfant. En Décembre : réunion des APEL à Ploërmel à laquelle participent 13 parents de Caudan. Décision est prise de continuer les cercles de parents. Dès Janvier, on se retrouve à l'école pour discuter sur l'éducation à la loyauté.


A l'école, les enseignants se préoccupent aussi d'éducation chrétienne en proposant des Mouvements divers : Âmes Vaillantes, Croisade, Messagères, J.A.C.F.


1961 : Signature du Contrat de l'école avec l'Etat et Obtention de l'habilitation à recevoir des boursières nationales au Cours Complémentaire.


En Octobre: lancement du Mouvement Missionnaire des Jeunes (le SMJ)


En Décembre : Cercle de parents sur ce qu'ils attendent de l'école.


1962 : Fête paroissiale pour la consécration de la nouvelle église, fête à laquelle étaient invitées les sœurs originaires de Caudan et celles y ayant œuvré.


En Juin : Exposition des travaux des élèves du Cours Ménager et du pensionnat. En Septembre : Rentrée pour 300 élèves au total, dont 95 internes.


Au Cours Ménager, on prépare le BAMA et le BPMA pour former des jeunes filles aptes à mener leur tâche et leur vie chrétienne dans le milieu rural. En Novembre, elles font un voyage d'étude dans l'Ouest du Morbihan avec visite de ferme modèle.


Le groupe JECF démarre eu Cours Complémentaire, tandis que continuent la JACF et le M.E.J.


1963 : Dans les locaux du Cours Ménager, a lieu, en Avril, le Concours de la Meilleure Ménagère Rurale du Morbihan. Les Responsables de Paris attribuent ensuite des prix.


Cette année, parmi les jeunes filles du Cours Ménager, 31 suivent les cours permanents et 21 les cours postscolaires.


1964-1965 : Durant le Carême, une offensive missionnaire a été menée : activités diverses, expositions, fête... qui ont rapporté 800F.


En Mars, les jeunes du Cours Ménager visitent à Paris le Salon de l'Agriculture et des Arts Ménagers, avec retour par Lisieux.


Le Mouvement de l'Enfance, l'ACE, est réactivé à l'école et dans plusieurs quartiers grâce à des jeunes filles qui acceptent d'encadrer des équipes, et le trimestre se termine par la fête des "Boutentrain". Les « Fripounet » et les J2 s'organisent aussi tant au pensionnat qu'à la paroisse. En Même temps les Jécistes et les Messagères se réunissent régulièrement.


1968 : Fête des "Âmes Vaillantes, à l'Epiphanie, dans une salle de la Mairie.


Pendant le carême, les élèves de Mme s'activent pour organiser lavages de voitures, fête, repas de riz... pour récolter 1700F destinés à la Haute Volta.


1970-1971 : Les années se succèdent avec des changements dans la communauté et dans l'équipe enseignante, mais ce qui se maintient c'est la croissance constante du nombre des élèves. Une nouvelle construction s'imposait pour les petits de l'école maternelle. Sa bénédiction eut lieu le 7 Novembre 1971.


A la rentrée, Mr Taldir, déjà professeur depuis 2 ans, prenait la direction


du C.E.G.


20 Mai 1973 : Célébration des 50 années de vie religieuse de Sr Hélène, et de ses 50 ans


de présence à Caudan où elle arriva en 1923 comme infirmière. «  Il n'est sans doute pas une maison de la commune qui n'ait eu sa visite ». Elle fut entourée et fêtée par la paroisse ; et la Municipalité offrit un vin d'honneur en l'honneur de celle qui fut Conseillère Municipale durant 30 ans.


Juillet 1973 : La communauté, qui avait fait corps avec l'école depuis 120 ans, quitte ses locaux et aménage une maison louée en ville.


1974 : L'école ne peut plus assurer un travail suffisant à son personnel : une cantine municipale fonctionnera à la prochaine rentrée et l'internat voit ses effectifs se réduire progressivement.


Le 11 Juillet : départ de Sr Agnès après un séjour de 13 ans, au service de l'internat et de l'église.


Juillet 1975 : Départ de Sr Héléne, après un long service de 52 ans à Caudan : elle va profiter d'une retraite bien méritée à .Ker Anna.


1977 : Départ de Sr Anne Burel, qui assumait la responsabilité de l'internat depuis 6 ans. Puis de Sr Madeleine, enseignante au C.E.G.